Notre projet pédagogique

PROJET EDUCATIF ET PEDAGOGIQUE  - ECOLE MATERNELLE PRIVEE HORS CONTRAT

Ecole associative pour les 3-6 ans inspirée dela pédagogie Steiner

14 enfants – 2 éducatrices formées

NOS VALEURS

L’enfance constitue le socle fondateur de la vie que nous mènerons plus tard en tant qu’adulte. Si nous élevons nos enfants dans le respect d’eux-mêmes, des autres et de la nature, alors ils pourront plus tard être maîtres de leur propre vie, se laisser porter par leur esprit créatif, dans un amour de toutes les petites et grandes choses de la vie.

En tant que citoyens, nous sommes acteurs de l’évolution de ce monde et les enfants d’aujourd’hui sont les citoyens de demain. Nous souhaitons construire de nouveaux espaces éducatifs, de nouvelles écoles pour un avenir fait de conscience, de bienveillance et de responsabilité.

Nous souhaitons une école qui accompagne l’enfant dans son individualité tout en le préparant à « vivre ensemble dans le monde ».

Nous souhaitons une école bienveillante qui prend soin des enfants, qui leur propose un rythme de vie sain ; une attention et des apprentissages adaptés à leur âge et leurs besoins fondamentaux.

Voici les quelques graines que nous pouvons semer pour que le monde évolue.

LE CONTEXTE

Le projet se réalise en Ardèche méridionale : territoire rural avec la particularité géographique d’un réseau routier escarpé entre les petites montagnes des Cévennes et ses vallées. Ce qui induit un fort éloignement des uns et des autres de manière générale et plus spécifiquement concernant les familles impliquées dans le projet.

Pour autant, l’Ardèche est un département dynamique et jeune, fort de nombreuses alternatives (écologie, alimentation, consommation, culture, agriculture, militantisme, etc). Nous avons la chance d’être à la fois en milieu rural et dans un « bain de culture » riche.

L’activité touristique omniprésente donne un rythme très saisonnier à notre territoire, mais l’agriculture et l’artisanat sont aussi très présents.

Ici se mélangent des populations dites « néo rurales » et de souche ardéchoise ce qui offre un grand brassage social.

Il existe une grande demande en termes d’alternatives éducatives, aujourd’hui très peu de propositions permettent d’y répondre. C’est pourquoi nous avons choisi d’installer notre école dans le bassin albenassien.

Ucel est un petit village d’environ 1800 habitants, situé entre la rivière Ardèche et de belles forêts ; à proximité d’Aubenas (ville centrale du sud du département).

« Dugradus » est un quartier d’Ucel du côté de Pont d’Aubenas.

Nous louons un terrain de 2000m2 au cœur d’une ancienne exploitation agricole et en bordure d’Ardèche.

Nous avons choisi d’installer une yourte de 50m2 sur ce terrain. Elle est construite en matériaux écologiques et elle respecte les normes des ERP (établissement recevant du public) de catégorie 5. L’accueil sous yourte permet de démarrer le projet à moindres coûts, mais c’est surtout son aspect léger et l’immersion de la nature qu’elle propose qui a résonné avec nos valeurs éducatives et ce que nous voulons proposer aux enfants.

Le jardin d’enfants accueille 14 enfants de 3 à 6 ans les lundi, mardi, jeudi et vendredi en adéquation avec le calendrier scolaire de notre zone.

2 éducatrices formées à la pédagogie Steiner accompagnent le groupe au quotidien.

OBJECTIFS PEDAGOGIQUES

  •   Accueillir l'enfant dans un espace naturel préservé afin de l’accompagner dans le tissage des liens avec le vivant (avec les autres enfants, les adultes, les animaux, les végétaux)
  •   Proposer à l’enfant des activités artistiques et manuelles et lui offrir un cadre propice au jeu libre pour favoriser son imagination, la créativité, la motricité et la socialisation
  •   Accompagner l’enfant dans la bienveillance et le respect de son développement, de son rythme et de ses émotions ; Accueillir l’enfant en tant qu’individu dans une dynamique de groupe     
  • Développer l’autonomie de l’enfant grâce à un cadre, un rythme et un accompagnement adapté

MOYENS ET MISE EN OEUVRE      

Les bases pédagogiques de notre école reposent sur trois principes essentiels :

  • Modèle et imitation
  • L’enfant de 3 à 6 ans est en pleine phase d’imitation. Pour lui, l’adulte est un modèle et il fait tout comme lui. Il s’agit d’en avoir conscience afin que nos gestes, actions, pensées, manières d’être soient les plus honorables possible, dans le sens de ce que l’on souhaite qu’un enfant imite. Par exemple, plus l’univers des mots sera beau, complet, poétique, plus l’enfant pourra acquérir des facilités d’expression. Pour cela les pédagogues s’exercent dans la qualité de leur expression.
  • Soin des sens
  • Le petit enfant est dans une grande découverte sensorielle du monde qui l’entoure. Il s’agit de l’accompagner à travers des approches appropriées qui lui permettent de développer ses sens et donc son lien à tout ce qui l’entoure.
  • Rythme et répétition
  • C’est le rythme et la répétition des choses qui organisent les journées, donnent des repères à l’enfant et font autorité. Un cadre bien élaboré donne de la sécurité à l’enfant qui va pouvoir grandir en toute confiance.
  1. 1) Le lieu et les matériaux

Les enfants sont accueillis dans une yourte d’une cinquantaine de m2 qui répond aux normes des ERP (Établissements Recevant du Public) de catégorie 5.

Cette yourte est installée sur un joli terrain clos au sein d’une ancienne ferme. On y trouve un jardin potager, des poules, des lapins, deux ânes, un chien, un petit bois et une plage de sable pour border la rivière ; autant de trésors que nous avons la chance d’avoir à proximité. Nous rendons visite aux animaux ponctuellement et nous avons la joie d’explorer avec les enfants différents espaces naturels au fur et à mesure de l’année.

La yourte est aménagée pour accueillir 14 enfants accompagnés par 2 pédagogues formés, son ERP est valable pour 19 personnes.

Dans le cabanon accolé à la yourte et qui sert d’entrée, il y a le vestiaire où chaque enfant a son casier, son porte-manteau et un banc. Cet espace est important car c’est là que le lien se fait entre les parents et les pédagogues le matin et le soir, c’est l’espace de transition pour accompagner la séparation, c’est aussi le sas entre l’intérieur et l’extérieur… Dans ce même cabanon sont installés les toilettes sèches adaptées à la taille des enfants et le lavabo où ils se lavent les mains.

Dans la yourte, on trouve un espace d’activité (tables et chaises à taille d’enfant), un espace de jeux (dînette, magasin de légumes, ferme avec ses personnages et animaux, cube de construction en bois, kapla, poupées, etc...), le coin des livres, la table des saisons, des étagères avec le matériel et les ouvrages en cours et un coin cuisine pour préparer les goûters et réchauffer les déjeuners préparés par les familles.

La plupart des meubles et jouets sont en bois et ont été fabriqués artisanalement. Nous attachons une véritable importance au choix des matériaux que nous souhaitons nobles et naturels (poupées faites à la main avec du coton et de la laine, animaux tricotés, jeux en bois, etc). Nous favorisons aussi la « récup » dans le choix de nos matières premières et des objets présents à l’école afin de sensibiliser les enfants au fait d’utiliser les choses existantes plutôt que de vouloir toujours du neuf.

Un autre cabanon installé à 10m de la yourte a été conçu pour le temps de la sieste. A l’intérieur de celui-ci 4 lits superposés pour enfants permettent d’accueillir les plus jeunes pour leur sieste.

Le mobilier et l’organisation de l’espace sont adaptés à la taille des enfants et pensés pour favoriser l’autonomie de l’enfant (ex : le vestiaire est aménagé de manière à ce que chaque enfant puisse gérer ses chaussures et son manteau par lui-même).

Une grande attention est portée au soin du lieu qui se doit d’être propre, rangé, beau, chaleureux et accueillant. Les jardinières en sont les garantes avec le soutien ponctuel des parents.

Concernant les extérieurs, le groupe est conduit soit dans le jardin attenant à la yourte, soit à la « forêt » qui se trouve sur la même propriété privée et que l’Arrosoir a aménagé.

Le jardin est un espace clôturé où l’on trouve un bac à sable, deux cabanes de jeux, des rondins pour marcher en équilibre (comme une poutre), un jeu de rondins pour grimper, des carrés de potager, des plates-bandes de fleurs, une table extérieure abritée pour les repas et goûters de la belle saison, un abri à outils, une charrette et des espaces verts.

La « forêt » se trouve à 100m de notre yourte, pour s’y rendre il faut passer devant le parc des ânes et traverser un petit pont. Les enfants y sont accompagnés quotidiennement. Dans cet espace, un « canapé forestier » a été construit. C’est une sorte de grande cabane à ciel ouvert faite de branchages à l’intérieur de laquelle l’ensemble du groupe peut s’installer pour un goûter, un repas ou une activité. Chacun a sa table et son siège faits de gros rondins et un porte-manteau. Au centre il y a une grande table qui peut se transformer en foyer pour y faire un feu et l’ensemble de cette structure est munie d’une bâche pour s’abriter les jours de pluie. Ce canapé forestier est un outil très répandu dans les jardin d’enfants scandinaves, c’est un pilier pédagogique de l’accueil en forêt des petits enfants. Il offre du « confort » pour les temps en extérieur, des repères, un espace de jeux et d’activités infinis… A la forêt, il y a aussi deux balançoires, un petit ruisseau qui coule toute l’année avec lequel les enfants jouent énormément (jeux de barrages, constructions, boue, potions magiques, soupes et autres préparations!), des cabanes, un rondin pour marcher en équilibre, un espace de repos ou l’on peut suspendre 8 hamacs…

2) Le rythme et les rituels

Chaque jour se déroule selon le même rythme afin que le petit enfant s’approprie le fonctionnement du lieu et que celui-ci devienne presque intuitif. Les enfants ont besoin d’un rythme et de régularité pour construire des repères forts ce qui, de fait, les sécurise.

Les pédagogues veillent à proposer des activités adaptées aux besoins du groupe, en alternant les temps de concentration et de détente, les jeux individuels et en groupe, les activités à l'intérieur et à l'extérieur.

C'est ainsi que les enfants trouvent des repères qui les aident à se structurer en toute sécurité et qui les aident à prendre leur autonomie. Ils se construisent intérieurement dans le rythme régulier des journées, des semaines et des saisons.

Ainsi chaque jour de la semaine a lieu la même activité : tous les lundis la peinture, les mardis le pain, les jeudis artisanat, les vendredis promenade jusqu’à la plage.

Journée type :

9h : accueil des enfants, une pédagogue installe l’activité pendant que la 2e accueille chaque enfant individuellement

9h15 : activité artistique ou manuelle, rangement

9h45 : chant du bonjour et goûter collectif

10h15 : habillage des enfants qui sortent

10h45 : jeu libre à la yourte ou à la forêt en groupes d’âges (3-4 ans / 5-6 ans)

12h15 : histoire

12h30 : repas

13h15 : sieste et/ou temps calme

14h30 : habillage des enfants

14h45 : jeux dans le jardin et activité libre

15h45 : ronde

16h : jeu de doigts et goûter

16h30 / départ échelonné

17h : fermeture de l’école

Les enfants sont accompagnés dans les gestes du quotidien (habillage, propreté, toilette, repas, etc) avec soin et attention, en vue de développer leur autonomie petit à petit au rythme de chacun.

3) Le lien à la nature

La nature est certainement la meilleure éducatrice pour le petit enfant. Par le contact avec les plantes, les animaux, les minéraux, l’authenticité de la nature offre un apprentissage non verbal des choses de la vie (action-réaction). A travers la rencontre avec la nature, l’enfant fait ses expériences, ainsi il apprend à chaque instant.

En étant dehors, dans un milieu naturel riche et adapté à l’accueil des enfants, on consolide les liens de l’enfant à la terre, il peut s'enraciner et y (re)trouver ses forces.

Sortir dans la nature toute l'année et par tous les temps permet de développer le lien aux saisons et de vivre le contact à la nature sous toutes ses formes et en profondeur. Ainsi l’enfant en tissant ce lien étroit et sensible pourra être acteur et citoyen du monde de demain avec la conscience que l’homme fait partie de la nature et qu’il n’est pas supérieur à elle. Les enfants aiment être dehors quel que soit le temps, les pédagogues en collaboration avec les parents ont le souci que les enfants soient bien équipés pour que ce temps dehors soit une expérience positive.

a) Notre espace en forêt tel que décrit précédemment permet au groupe de passer du temps en pleine nature dans un environnement tout à fait adapté qui offre une multitude d’explorations et de possibilités de jeux.

b) La grande promenade : la marche étant un des plus beau moyen de développer la corporéité de l’enfant, le groupe des 5-6 ans sort une fois par semaine pour marcher dans la nature, par tous les temps et à toutes les saisons. Cela permet de tisser un lien fort avec notre environnement et son évolution au fil des saisons. Cette activité vient stimuler la volonté de l’enfant tant à travers son côté incontournable que par l’action en elle-même de marcher : se mettre en chemin, avancer, faire un pas puis l’autre, acquérir de l’agilité dans ce geste fondamental. C’est aussi un moment d’exploration où l’enfant découvre l’environnement alentour (forêt, plage, quartier, piste cyclable, stade, etc.), attise sa curiosité et construit des repères géographiques et de déplacement dans l’espace.

Les plus jeunes marchent tous les vendredis jusqu’à la plage ou se déploient ensuite les jeux libres.

c) Créer et prendre soin d'un potager avec les enfants, cultiver et cueillir ses propres fruits et légumes est une expérience vivante des différentes étapes de la graine à l’assiette. Le jardin permet à la fois de découvrir comment on peut se nourrir par soi-même (même si ce jardin n’a pas la prétention de produire de manière conséquente mais plutôt d’être pédagogique) et de cultiver la patience, le soin et l’attention à chaque petite chose. C’est un support merveilleux pour développer la motricité de l’enfant (fine et globale) qui se déploie au fur et à mesure de l’année.

d) Au quotidien, une « table des saisons » est installée dans la yourte. C’est une composition faite par une des pédagogues qui reflète ce qui se passe dans la nature au même moment. Les enfants aiment observer ce qui s’y passe (les personnages, les petits lutins, les animaux, les fleurs, etc…), c’est aussi un espace qui invite l’enfant à se recentrer. Elle apporte du beau et des images. Parfois, quand nous avons besoin de nous rassembler, la table des saisons offre cet espace.

  

4) Les activités artistiques et manuelles

  • Peinture (tous les lundis)

Les enfants qui le souhaitent aident à installer l'atelier. Ils peignent à l’aquarelle sur une grande feuille de papier mouillé. Chaque enfant a devant lui les trois couleurs fondamentales (rouge, jaune et bleu), un pot d’eau et une éponge. Avec un pinceau large, chacun va à la rencontre des couleurs sur le papier mouillé. L'eau met ces couleurs en mouvement. Il n’est pas question ici de faire peindre à l’enfant des objets précis, mais de lui permettre d’expérimenter les couleurs de façon créative et spontanée.

Cette activité permet à l’enfant d’entrer dans un temps de concentration et de calme intérieur. Il observe les mouvements des couleurs et découvre leurs mélanges.

  • Dessin (libre accès quotidien)

Les feuilles à dessins et les pavés de cire sont installés sur une étagère en « accès libre », ce qui signifie que les enfants peuvent à tout moment dessiner. Le dessin étant une activité fondamentale du développement de l’enfant, nous tenons à ce qu’il puisse s’épanouir sans limite dans notre école. En plus de cet « accès libre », le groupe des 5-6 ans a deux moments formalisés par semaine autour du dessin (au moment du temps calme).

Pour cette activité artistique, nous utilisons des pavés de cire d’abeille colorée de pigments naturels. Ce matériaux spécifique permet à l’enfant de découvrir les mélanges de couleurs, d’être à la fois le trait fin comme dans la possibilité du balayage grossier, cela stimule la volonté de l’enfant.

Les dessins des enfants sont marqués et rangés. A la fin de chaque période, les pédagogues constituent des « cahiers » de peintures et de dessins qu’elles remettent aux familles. Cela leur permet, en compilant les dessins de chaque enfant, d’observer leur évolution.

Nous accordons une place très importante aux dessins car c’est un moyen pour l’enfant de s’exprimer en toute liberté. Dessiner lui permet d’assimiler les choses vécues dans son quotidien, de les « digérer ». Chaque dessin nous parle de ce que l’enfant vit intérieurement dans la période, c’est un miroir de son développement intérieur et de son être.

  • Modelage de la cire ou de la terre (tous les jeudis à la saison douce)

Cette activité artistique permet vraiment d’être en contact avec la matière. Il s’agit de la réchauffer pour pouvoir la modeler. Cela favorise la motricité fine des doigts et vient stimuler la volonté de l’enfant. C’est une activité formatrice qui permet à l’enfant, à travers l’activité artistique, d’habiter son corps jusqu’au bout des doigts. Le jeu, l’imaginaire et la créativité se mélangent dans le temps de modelage et le sens du toucher est largement stimulé à travers ces manipulations d’argile (chaud, froid, mou, dur, fin, épais, etc.).

Cette activité à lieu tous les jeudis durant les saisons douces.

  • Pain (tous les mardis)

Faire du pain est une activité que les enfants affectionnent particulièrement. La pédagogue prépare la pâte (farine, eau, sel, levain), aidée par les enfants et chacun pétrit son petit pain. Là aussi c’est la volonté jusqu’au bout des doigts qui doit s’exprimer, il faut chauffer la pâte, la pétrir et lui donner la forme d’une boule.

Les pains sont cuits au four, mangés au goûter ou ramenés à la maison. Parfois le groupe fait un seul gros pain pour appuyer les gestes de la réalisation collective et du partage.

Cette tâche noble relie intimement les enfants à leur nourriture et à la terre. C’est aussi un support pour découvrir le cycle du grain (petite culture de céréales, récolte de blé, moulin, transformation) au pain.

  • Travaux manuels et bricolage (tous les jeudis)

Une fois par semaine, grâce à ce qu'ils ont observé et ramassé dans la nature, les enfants font des travaux manuels en lien avec les saisons et les fêtes de l'année.

  • Atelier laine : faire des cordelières, laver, carder, feutrer, filer, tisser, tricoter (pour les plus grands) sont autant de pratiques proposées aux enfants selon leur âge.
  • Atelier bois : les enfants peuvent découvrir le travail du bois (poncer, sculpter, tailler, clouer, etc). Les outils sont sélectionnés et adaptés aux petits enfants et leur usage est défini par des règles strictes (être assis, porter des gants, avoir l’âge requis pour l’usage du couteau, etc). Les pédagogues veillent à ce qu’ils soient utilisés en toute sécurité. L’enfant peut fabriquer un petit objet à partir d’un bout de bois trouvé dans la nature.
  • Atelier créatif : faire des guirlandes en découpage ou en laine, passer des perles sur du fil pour des décorations, fabriquer des fleurs pour la fête du printemps, etc...

Ils apprennent que nous pouvons transformer nous-mêmes des matières naturelles pour fabriquer des choses utiles dans notre quotidien.

Les travaux manuels développent la motricité fine de l’enfant, laquelle est directement reliée aux connections neuronales dans le cerveau. Ainsi le petit enfant est préparé de l’intérieur et indirectement aux apprentissages intellectuels qui lui seront proposés ensuite (lecture, écriture, calcul, etc)

5) Le mouvement et la motricité


En général, l'enfant aime bouger, il est tout le temps en mouvement, il cherche à connaître ses capacités, à franchir et/ou surmonter ses limites et ses peurs. A travers le mouvement spontané, il fait inconsciemment l'expérience de la gravité et des lois physiques, il cherche son propre équilibre intérieur et extérieur et il entraîne sa concentration et son attention.
Si on laisse l'enfant agir et expérimenter librement le mouvement à sa mesure et dans sa propre dynamique (tout en étant accompagné) ses expériences vont lui permettre de trouver la confiance en lui et en son corps.

Chez le petit enfant le développement du mouvement indépendant et autodéterminé est la base de l'épanouissement de sa propre personnalité, c’est pourquoi nous lui accordons une grande place à l’Arrosoir.

Ainsi pour les aider à développer leur corporéité, les pédagogues mettent en place des parcours d’obstacles ou autres jeux de motricité grâce à du matériel adapté mais aussi avec les choses du quotidien (bloc de bois, balancier, échelle, tabouret, banc, etc…). Les enfants sont invités à ramper, marcher à quatre pattes, grimper, être en équilibre, glisser, sauter, se faufiler, etc..., ainsi ils expérimentent leur sens de l’équilibre, leur habileté, la joie du mouvement, etc.

Le bac à sable et la plage en bord de rivière sont des espaces de jeux et de créativité tout en proposant à l’enfant de faire des expériences sensorielles et corporelles spécifiques au fait d’être dans le sable.

La promenade et la marche cités plus haut sont deux activités très présentes dans notre école qui favorisent aussi largement le développement moteur de l’enfant.

6) Le jeu libre

Chaque jour le jeu libre a une place primordiale dans notre école (minimum 1h30 par matinée + l’après-midi). Il peut se déployer en intérieur, à la forêt ou dans le jardin de la yourte. Le jeu libre se déroule dans un cadre propice : chaque objet/jouet est pensé afin que l’enfant puisse exprimer pleinement son imagination dans son jeu. Les espaces sont séparés pour que des petits groupes puissent se former en étant chacun dans leur dynamique de jeu. A travers ce temps de jeu l’enfant est dans sa propre initiative, il exprime ses émotions et ce qu’il a vécu intérieurement. Il est fondamental de laisser cet espace de liberté tout en étant dans un accompagnement bienveillant, la pédagogue intervient le moins possible, mais elle est dans une présence totale à ce qui se passe pour accompagner si besoin. C’est un espace de socialisation fort puisque les enfants cherchent à travers leurs jeux comment fonctionner ensemble. La créativité de l’enfant peut alors s’exprimer librement.

7) Les fêtes et le cycle de l’année

A l’école de l’Arrosoir, la vie quotidienne s’organise au fil des saisons et des fêtes que nous préparons soigneusement avec les enfants et que nous vivons avec les familles.

Les temps forts de l’année sont les quatre passages de saisons : les fêtes cardinales que l’on retrouve dans de nombreuses cultures et traditions, elles peuvent porter des noms variés. Leur symbolique est largement transversale. Nous mettons à l’honneur ce qui se passe dans la nature et ses changements cycliques car elle est un miroir qui nous permet de savoir ce qui se passe à l’intérieur de l’être humain. Nous accompagnons ainsi la vie et le développement de l’enfant en étroite relation avec son environnement extérieur et son monde intérieur.

Ces quatre fêtes sont les piliers de notre cycle annuel :

  • Equinoxe d’automne (22 septembre) : nous fêtons les récoltes et l’abondance de l’automne qui nous nourrit avant d’entrer dans une période plus intérieure
  • Solstice d’hiver (21 décembre) : nous fêtons le jour le plus court de l’année, il s’agit de trouver la lumière à l’intérieur de chacun de nous, peu à peu les jours vont commencer à grandir
  • Equinoxe de printemps (20 mars) : nous fêtons la renaissance au travers de la nature qui se réveille et qui annonce les beaux jours
  • Solstice d’été (21 juin) : nous fêtons la chaleur de l’été, cette énergie tournée vers l’extérieur

Nous célébrons d’autres moments importants :

  • La fête des lanternes (11 novembre) : il s’agit de trouver sa lumière intérieure pour avoir les forces de traverser cette période la plus sombre de l’année, nous fabriquons des lanternes pour aller défiler dehors, nous plantons des bulbes pour le printemps à venir, nous racontons des histoires pleines d’étoiles.
  • Les anniversaires : nous souhaitons mettre à l’honneur chaque enfant le jour de son anniversaire. Un moment solennel est soigneusement préparé par les pédagogues, nous fêtons ainsi la venue au monde de chaque enfant et les années qui passent.
  • D’autres fêtes comme les rois et les reines (6 janvier), la chandeleur (2 février), carnaval, d’autres encore d’inspiration des traditions du monde ou d’autres plus locales (fête de la châtaigne par exemple) peuvent être organisées selon les réalités de l’année afin qu’elles aient du sens et soient adaptées au groupe d’enfants et leurs familles.

 

8) L’imaginaire et la créativité

Chants, comptines et rondes

Les chansons sont choisies avec soin afin de faire écho au vécu réel du petit enfant. On chante à de nombreuses occasions, pendant les activités, dans les rondes, avant de manger, etc. L’ambiance musicale et chantante apporte de la gaieté, les enfants aiment chanter et petit à petit ils connaissent et s’approprient un petit répertoire, début du socle culturel de l’enfant.

La ronde est un outil pédagogique quotidien, une des pédagogues créé une ronde pour la période à venir et la propose chaque après-midi aux enfants. C’est une histoire mise en mouvement, faite de comptines, de chansons, de déplacements dans l’espace, etc. C’est un rituel chaque jour et l’enfant se lie ainsi la saisonnalité. La ronde permet la construction du schéma corporel, l’appropriation du chant, elle développe l’imagination et suscite beaucoup de joie et d’enthousiasme chez l’enfant. Cet outil permet aussi aux pédagogues d’observer l'enfant dans sa manière de se mettre en mouvement, de répéter les phrases, de chanter, de lier le chant au geste, au corps, au rythme. Ect.

Les jeux de doigts sont des toutes petites histoires qui se racontent sur la main ou avec les mains et les doigts. Ainsi les enfants apprennent le nom de chacun de leur doigts mais ils apprennent aussi à les mouvoir dans l’espace. Développer la motricité fine à travers ces petits jeux, c’est préparer l’enfant de manière implicite aux apprentissages scolaires, notamment à l’écriture qui demande une habileté fine des mains.

Les enfants récitent les comptines et imitent les gestes des pédagogues. Leur corps participe aux petites histoires et leur permet de les vivre pleinement, jusque dans leur motricité fine.

Les enfants aiment beaucoup les jeux chantés et les comptines qui créent un lien entre eux, avec la nature, les saisons, les animaux, ce qui nourrit beaucoup leur joie de vivre.

Les histoires racontées puis jouées

Chaque jour, une pédagogue raconte une histoire à tout le groupe. C’est un moment important de la journée qui a lieu juste avant le déjeuner. Les histoires sont puisées dans le répertoire traditionnel. Elles sont choisies pour leurs images archétypales porteuses de sens et viennent nourrir et enrichir la vie intérieure de l'enfant.

La même histoire est racontée pendant plusieurs jours, voire plusieurs semaines pour que les enfants aient réellement le temps de s’en imprégner. Il n’y a pas de support, ni d’illustration afin que l’enfant puisse se créer ses propres images.

Nous privilégions l’usage d’un vocabulaire très riche et varié avec un langage joli, articulé, agréable et vivant afin d’accompagner l’enfant dans le développement de son langage.  Là aussi c’est une manière indirecte de le préparer à la lecture et à l’écriture en étoffant son vocabulaire et sa syntaxe. Car le petit enfant étant principalement dans l’imitation, si l’adulte s’exprime clairement et de manière riche, l’enfant en fera de même !

Cette histoire, de lue devient contée par les pédagogues, en associant progressivement les enfants. La répétition de l’histoire contée permet d’en explorer le sens, de s’en imprégner, de se lier émotionnellement aux personnages et de faire participer les enfants, chacun à son rythme, dans la prise de parole. La manière de conter l’histoire se doit d’être vivante et très fidèle aux mots du texte original car c’est la répétition des mots précis qui permet au petit enfant de les mémoriser, sans même s’en rendre compte tout en étant complètement happé par l’imaginaire.

  • Petit à petit les pédagogues apportent des éléments de décors ou de costumes très sobres et symboliques. Elles distribuent les rôles et les enfants jouent l’histoire de manière assez libre et improvisée. Ils prennent énormément de plaisir, c’est un moment vraiment attendu de la journée.
  • Ceux qui n’ont pas de rôle, jouent de la musique pour créer une ambiance sonore avec des instruments d’éveil musical.

Enfin, l’histoire est mise en scène et jouée par les enfants lors d’un spectacle de fin de période scolaire devant leurs parents. Sans même s’en rendre compte, alors que ces répétitions avaient juste l’apparence d’un jeu, en trois semaines, le groupe connaît l’histoire par cœur, il est capable de la restituer et de la jouer en un petit théâtre, et cela reste une fois de plus « juste un jeu ».

La musique

La musique et le chant ont une place quotidienne : nous chantons chaque jour. La jardinière chante assez haut pour que l'enfant puisse chanter facilement avec elle.

La lyre pentatonique et d'autres instruments permettent de rythmer et de créer des ambiances sonores. Cela favorise le développement inconscient du rythme, de la mesure et de la mélodie chez l’enfant. On considère que la musique pentatonique est appropriée pour la petite enfance en raison de sa simplicité et de son expressivité.

Durant la sieste, une musique d’ambiance est diffusée afin d’accompagner les plus petits vers le sommeil.

Grâce à un lot d’instruments d’éveil musical mis à notre disposition, les enfants découvrent la musique à travers l’usage de ces instruments. Le plus souvent, ils sont utilisés pour l’accompagnement sonore d’une histoire. L’enfant apprend les bases : savoir démarrer et s’arrêter au bon moment, écouter les autres, jouer chacun à son tour, faire fonctionner chaque instrument, etc. Il n’y a pas d’enjeu de jouer « juste ou faux » puisque ce sont surtout des percussions et autres boîtes à musique, xilophone, kalimba, etc...

Le coin des livres

Dans la yourte, il y a un espace pour la littérature jeunesse. Les enfants peuvent se servir librement si ils ont envie de regarder un livre durant le jeu libre ou le temps calme. La sélection de livres varie au fil de l’année et des saisons grâce au petit stock que nous constituons petit à petit et surtout grâce à la ressource de la médiathèque d’Aubenas où une pédagogue va régulièrement emprunter des ouvrages. A de nombreux moments du quotidien, les pédagogues lisent des ouvrages aux enfants qui en sont très friands, le support livre aide souvent aux moments de transitions pédagogiques.

Proposer aux enfants de beaux ouvrages sélectionnés et variés est un autre moyen de les inviter aux apprentissages futurs de la lecture et de l’écriture, la présence des ces livres motive les plus grands à déchiffrer les lettres et à en comprendre le sens pour trouver de l’autonomie dans l’accès aux histoires. C’est toute une initiation à la culture qui s’offre à l’enfant à travers les histoires et les ouvrages de littérature jeunesse.

9) La vie quotidienne

a) La sieste

La sieste est un temps à part entière de notre journée : un moment de calme et de repos essentiel pour poursuivre le reste de la journée. Tous les événements du jour sont fatigants pour le jeune enfant qui vit sa première expérience de collectivité et de grande stimulation sociale, il a besoin de la sieste pour faire une coupure et se ressourcer.
Un véritable soin est porté à ce moment où la pédagogue installe une ambiance calme et sereine. Dans le cabanon, chaque enfant a son propre lit et matelas, il peut y retrouver chaque jour ses repères en laissant un doudou ou autre objet personnel.

Comme chaque moment de la journée, le temps de repos est ritualisé et la pédagogue accompagne chaque enfant : bain de pieds, massage des pieds ou des mains avec de l'huile, petite histoire, musique avec la lyre ou un cd, etc.. Les enfants restent couché au minimum une heure, ceux qui ont besoin de dormir plus se lèvent plus tard.

b) Le temps calme

Les plus grands enfants qui ne font plus la sieste sont accompagnés pour un temps calme d’une heure dans la yourte. Celui-ci est évolutif au fur et à mesure de l’année. Il est partagé en deux temps d’une demi-heure.

Durant la première partie, nous construisons dans la yourte une ou plusieurs « cabane » de tissus afin que chaque enfant s’allonge dans la pénombre. L’idée, comme pour les plus jeunes, est de permettre à l’enfant de se recentrer, de vivre un moment de calme et de retour à lui-même. Durant cette première partie, une histoire peut être racontée ou de la musique jouée.

Puis, dans un deuxième temps, alors que le calme est bien installé, les enfants sont invités à dessiner, faire un puzzle, lire des livres ou faire leur tissage. Il s’agit de poursuivre ce temps de calme intérieur en entrant dans une activité qui se fait seul chacun dans son espace.

c) L’alimentation

Nous accordons une réelle attention à l’alimentation sur le plan qualitatif comme sur le plan de la convivialité, du partage et du respect. Les aliments sont choisis de préférence biologique et d'origine locale.

Les goûters du matin et de l’après-midi sont fournis par les familles de manière assez libre, chaque matin la panière à goûter est disposée et les parents la garnissent de choses simples qui seront partagée avec tout le groupe : des fruits, du pain, des galettes, des fruits secs, du beurre, des noix et autres oléagineuses, etc. Les enfants peuvent aider la pédagogue à préparer le goûter pour les amis.

Les familles préparent à tour de rôle le repas du midi pour le groupe. Nous privilégions des choses simples à base de fruits et légumes frais, de céréales et légumineuses. La présence de viande et de poisson est ponctuelle.

Les moments de goûter ou repas sont des moments de convivialité et de vie en groupe privilégiés. Nous souhaitons que ce soit un moment de tranquillité et d’échanges. Nous avons de la gratitude et du respect pour la nourriture.

d) L’hygiène

Nous utilisons des toilettes sèches afin de sensibiliser les enfants à leur usage car ces toilettes sont écologiques, ils n‘utilisent pas d’eau et polluent moins. Les enfants en ont l’habitude, ils apprennent petit à petit à mettre la sciure après leur passage. Ils voient les pédagogues les vider en fin de journée, la matière ne disparaît par magie, mais elle est gérée.

Les enfants sont accompagnés dans l’apprentissage de l’hygiène, nous les invitons à laver leurs mains après être passés aux toilettes et systématiquement avant les temps de repas ou goûter. Ils peuvent se débarbouiller eux-mêmes ou être aidés après le repas.

Les plus jeunes sont accueillis à l’Arrosoir à condition de ne plus avoir besoin de couche en journée, certains en mettent encore durant la sieste. Les pédagogues accompagnent le processus de propreté des enfants qui en ont besoin.

10) Des sorties à l’extérieur

Chaque année, l’équipe pédagogique organise des sorties extérieures à la journée. C’est souvent l’occasion d’aller découvrir un lieu, rencontrer quelqu’un, un métier, profiter de découvertes que nous ne pouvons pas faire sur place…

En 2017-18, le groupe est parti en séjour de deux jours à la ferme avec camping sous tente. Plusieurs fois, nous avons été accueillis chez des boulangers afin de faire une fournée au feu de bois ou des biscuits de Noël.

Ces sorties dépendent des projets pédagogiques menés durant l’année et sont programmés au fil des mois. En moyenne, nous faisons 3 ou 4 sorties par an.

11) La posture de la pédagogue

  • Elle accompagne les enfants, elle est responsable d’eux
  • Elle a conscience du phénomène d’imitation dans lequel se trouve le petit enfant, c’est pourquoi elle adapte sa posture en permanence
  • Elle est toujours en activité (même pendant le jeu libre) : elle tricote, elle lave les palets de couleurs, elle cuit les pains, elle fait le ménage, elle prépare le bois de chauffage, elle jardine, elle aménage les extérieurs, etc…. Elle mène la vie comme à la maison, elle est toujours occupée mais disponible.
  • Quand le jeu dégénère, elle intervient pour donner une nouvelle piste de jeu. Elle donne des impulsions quand le jeu ne prend pas, mais ne joue pas avec eux.
  • Elle utilise un langage riche et imagé et, adapté au petit enfant
  • Elle observe les enfants et élabore un suivi de chacun
  • Elle pose un cadre sécurisant, une ambiance, un rythme.
  • Elle laisse les enfants réguler entre eux si possible et intervient quand nécessaire.
  • Elle écoute et laisse place aux forces de vie tout en organisant le cadre qui permet de vivre ensemble et d’entrer à l’intérieur de soi.
  • Elle démarre une activité et les enfants la rejoignent si ils veulent
  • Elle raconte des histoires, elle chante
  • Elle créé une relation de confiance avec chaque enfant
  • Elle échange avec les parents pour mieux accompagner les enfants
  • Elle est en recherche permanente sur le plan de son développement personnel et intérieur, elle se remet en question
  • Elle est en formation continue
  • Elle travaille en équipe avec sa collègue et en réseau avec les personnes ressources autour du projet

11)  Des relations bienveillantes

A l’école de l’Arrosoir comme dans la vie en général, il nous semble fondamental d’instaurer des relations bienveillantes entre les personnes. Pour cela, l’équipe pédagogique œuvre chaque jour afin d’accompagner les enfants en douceur, à l’écoute de leurs émotions tout en faisant valoir les enjeux de la vie à plusieurs. Cet apprentissage est une recherche de tous les jours pour les parents comme pour les pédagogues. Cela nécessite une remise en question permanente et beaucoup d’observation et d’attention. Les pédagogues interviennent quand nécessaire afin de fluidifier les relations entre les enfants et qu’ils apprennent à se respecter, se parler, jouer ensemble, ect… Tout en se plaçant dans une écoute attentive et bienveillante, elles accompagnent les enfants dans le respect des règles et du fonctionnement de leur école.

12) La place des parents

Les parents ont une place importante à l’école de l’Arrosoir, ils participent à la vie de l’école. Chaque famille aide régulièrement à l’entretien du lieu (intérieur ou extérieur) : une journée par période entre les vacances.

Les parents s’organisent pour préparer à tour de rôle le repas de midi pour le groupe.

Les familles sont conviées aux fêtes organisées par les pédagogues avec le soutien de quelques parents.

Les pédagogues proposent un rendez-vous d’accueil des parents au début de l’année scolaire pour échanger autour de l’enfant et répondre aux questions des parents. Ensuite, elle fait au moins une visite par an aux familles.

Un certain nombre de parents font partie du conseil collégial de l’association : ils gèrent ensemble la vie de l’association, son administration, ses finances, etc. Les parents s’organisent en commissions pour faire avancer le projet d’école : faire les démarches administratives, construire le mobilier ou les jeux nécessaires, participer aux petites réparations, chercher des fonds pour la viabilité du projet, etc.

L’accompagnement des enfants au jardin d’enfants s’inscrit dans une volonté de coéducation et de continuité éducative entre les familles et l’école. La relation parent-pédagogue permet un soutien et un accompagnement à la parentalité. Des temps de partage sur les fondements de la pédagogie sont proposés régulièrement à travers une « réunion de bilan de période » qui a lieu avant chaque vacances afin que les parents saisissent mieux ce qui se vit dans notre école.